Задания
Версия для печати и копирования в MS Word
Задание 1 № 21

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Quel est le titre du deuxième album de Pascale Poret?

 

1) «Sans sucre, s’il vous plaît.»

2) «L’été indien.»

3) «Le grand jeu.»

1
Задание 2 № 52

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Au début de sa carrière, Pascale Poret a chanté ...

 

1) en anglais.

2) en français.

3) en allemand.

Расшифровка записи

Entretien avec Pascale Poret

Journaliste: Chers auditeurs, bonjour. Aujourd’hui, nous recevons dans nos

studios Pascale Poret, jeune chanteuse parisienne. Malgré son jeune âge, Pascale

se produit depuis de nombreuses années dans les cafés et les cabarets de la capitale

et écrit elle-même ses chansons. En août dernier, elle a chanté pour la première fois

au festival en Allemagne.Vous tournez sur scène depuis plusieurs années. Vous

avez également sorti deux albums, «Sans sucre s’il vous plaît!» en 2006 et

maintenant c’est votre deuxième album «Le Grand Jeu».

Quel est votre parcours?

Pascale Poret: J’ai commencé par étudier le violoncelle à l’âge de huit ans. Puis,

j’ai tout arrêté jusqu’à l’adolescence. Là, j’ai appris à jouer de la guitare, j’écrivais

des chansons en anglais que je chantais dans des bars en bas de chez moi, pour des

amis. Deux ans plus tard, je suis tombée sur un poème de Verlaine, «Il pleure dans

mon coeur» que j’ai mis en musique. C’est là que j’ai basculé vers la chanson à

texte et j’ai changé de langue, j’ai chanté en français.

Journaliste: Dites-moi, Pascale, qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir

chanteuse et d’écrire des chansons?

Pascale Poret: Alors il se trouve que je n’ai pas vraiment choisi d’être chanteuse,

c’est arrivé par la force des choses. Donc j’écrivais des chansons, et n’étant pas de

milieu musical, je ne connaissais absolument personne pour les chanter. Donc, il a

fallu que je me mette à chanter pour que ses chansons soient entendues. J’ai

commencé à prendre des cours de chant et de guitare, et à faire des concerts dans

des bars parisiens. Et puis j’ai fait plusieurs enregistrements en studio. Donc pour

moi, être interprête, s’entraîner à chanter tous les jours, ça reste un travail

quotidien difficile, qui demande une certaine discipline que j’ai encore du mal à

tenir parfois, mais par contre, composer et écrire, c’est vraiment un plaisir et un

besoin même.

Journaliste: J’ai lu dans votre biographie que lorsque vous étiez une jeune

adolescente, vous êtes partie étudier près de Brighton. Est-ce que ce séjour en

Angleterre a influencé votre musique, votre personnalité?

Pascale Poret: Alors mon année en Angleterre, ça a vraiment été un tournant

décisif dans ma vie, c’est à partir de cette expérience en fait, que j’ai quitté le

monde de l’enfance. J’ai vécu cette année en Angleterre un peu comme une

rupture, c’était très douloureux. Et puis quelques années plus tard, j’ai réussi à

retirer le bon de cette expérience, et maintenant je me sens beaucoup plus forte,

avec cette nouvelle langue qui est l’anglais.

Journaliste: Alors aujourd’hui vous écrivez donc en français, et quels sont les

chanteurs français qui vous ont influencée?

Pascale Poret: Il y a Serges Gainsbourg, Paris Combo, Edith Piaf, Barbara ...

Après, c’est toujours une question assez difficile, parce que pour moi, l’inspiration

reste instinctive. Il faut laisser son coeur parler. Je ne cherche jamais à ressembler

à un autre artiste. Par contre, il m’arrive de faire des clins d’oeil, et par exemple

pour la chanson «Un Pour Deux», il y a un clin d’oeil que je n’ai jamais dit à

personne encore, c’est un grand secret! Mais je vais vous le dire: c’est que, quand

je chante «Un Pour Deux», c’est un clin d’oeil à «L’Eté indien» de Joe Dassin. En

fait j’avais commencé à écrire cette chanson en gardant exactement la même

mélodie que Joe Dassin, mais c’était complètement inconscient, je ne savais pas

que j’avais repris «L’Eté indien». Et donc à 18 ans, je voulais la faire écouter à ma

mère qui me dit: «Cela me rappelle quelque chose, je ne sais pas quoi». Et donc, au

bout de plusieurs jours j’ai trouvé d’où venait ce plagiat et puis j’ai modifié la

mélodie.


2
Задание 3 № 83

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Pourquoi Pascale Poret est-elle devenue chanteuse?

 

1) Elle voulait chanter avec ses amis.

2) Elle a toujours rêvé d’être chanteuse.

3) Elle voulait faire connaître ses chansons.

Расшифровка записи

Entretien avec Pascale Poret

Journaliste: Chers auditeurs, bonjour. Aujourd’hui, nous recevons dans nos

studios Pascale Poret, jeune chanteuse parisienne. Malgré son jeune âge, Pascale

se produit depuis de nombreuses années dans les cafés et les cabarets de la capitale

et écrit elle-même ses chansons. En août dernier, elle a chanté pour la première fois

au festival en Allemagne.Vous tournez sur scène depuis plusieurs années. Vous

avez également sorti deux albums, «Sans sucre s’il vous plaît!» en 2006 et

maintenant c’est votre deuxième album «Le Grand Jeu».

Quel est votre parcours?

Pascale Poret: J’ai commencé par étudier le violoncelle à l’âge de huit ans. Puis,

j’ai tout arrêté jusqu’à l’adolescence. Là, j’ai appris à jouer de la guitare, j’écrivais

des chansons en anglais que je chantais dans des bars en bas de chez moi, pour des

amis. Deux ans plus tard, je suis tombée sur un poème de Verlaine, «Il pleure dans

mon coeur» que j’ai mis en musique. C’est là que j’ai basculé vers la chanson à

texte et j’ai changé de langue, j’ai chanté en français.

Journaliste: Dites-moi, Pascale, qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir

chanteuse et d’écrire des chansons?

Pascale Poret: Alors il se trouve que je n’ai pas vraiment choisi d’être chanteuse,

c’est arrivé par la force des choses. Donc j’écrivais des chansons, et n’étant pas de

milieu musical, je ne connaissais absolument personne pour les chanter. Donc, il a

fallu que je me mette à chanter pour que ses chansons soient entendues. J’ai

commencé à prendre des cours de chant et de guitare, et à faire des concerts dans

des bars parisiens. Et puis j’ai fait plusieurs enregistrements en studio. Donc pour

moi, être interprête, s’entraîner à chanter tous les jours, ça reste un travail

quotidien difficile, qui demande une certaine discipline que j’ai encore du mal à

tenir parfois, mais par contre, composer et écrire, c’est vraiment un plaisir et un

besoin même.

Journaliste: J’ai lu dans votre biographie que lorsque vous étiez une jeune

adolescente, vous êtes partie étudier près de Brighton. Est-ce que ce séjour en

Angleterre a influencé votre musique, votre personnalité?

Pascale Poret: Alors mon année en Angleterre, ça a vraiment été un tournant

décisif dans ma vie, c’est à partir de cette expérience en fait, que j’ai quitté le

monde de l’enfance. J’ai vécu cette année en Angleterre un peu comme une

rupture, c’était très douloureux. Et puis quelques années plus tard, j’ai réussi à

retirer le bon de cette expérience, et maintenant je me sens beaucoup plus forte,

avec cette nouvelle langue qui est l’anglais.

Journaliste: Alors aujourd’hui vous écrivez donc en français, et quels sont les

chanteurs français qui vous ont influencée?

Pascale Poret: Il y a Serges Gainsbourg, Paris Combo, Edith Piaf, Barbara ...

Après, c’est toujours une question assez difficile, parce que pour moi, l’inspiration

reste instinctive. Il faut laisser son coeur parler. Je ne cherche jamais à ressembler

à un autre artiste. Par contre, il m’arrive de faire des clins d’oeil, et par exemple

pour la chanson «Un Pour Deux», il y a un clin d’oeil que je n’ai jamais dit à

personne encore, c’est un grand secret! Mais je vais vous le dire: c’est que, quand

je chante «Un Pour Deux», c’est un clin d’oeil à «L’Eté indien» de Joe Dassin. En

fait j’avais commencé à écrire cette chanson en gardant exactement la même

mélodie que Joe Dassin, mais c’était complètement inconscient, je ne savais pas

que j’avais repris «L’Eté indien». Et donc à 18 ans, je voulais la faire écouter à ma

mère qui me dit: «Cela me rappelle quelque chose, je ne sais pas quoi». Et donc, au

bout de plusieurs jours j’ai trouvé d’où venait ce plagiat et puis j’ai modifié la

mélodie.


3
Задание 4 № 114

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Ce qui demande à Pascale Poret le plus d’efforts, c’est ...

 

1) de composer de la musique.

2) de s’entraîner tous les jours à chanter.

3) d’écrire les textes des chansons.

Расшифровка записи

Entretien avec Pascale Poret

Journaliste: Chers auditeurs, bonjour. Aujourd’hui, nous recevons dans nos

studios Pascale Poret, jeune chanteuse parisienne. Malgré son jeune âge, Pascale

se produit depuis de nombreuses années dans les cafés et les cabarets de la capitale

et écrit elle-même ses chansons. En août dernier, elle a chanté pour la première fois

au festival en Allemagne.Vous tournez sur scène depuis plusieurs années. Vous

avez également sorti deux albums, «Sans sucre s’il vous plaît!» en 2006 et

maintenant c’est votre deuxième album «Le Grand Jeu».

Quel est votre parcours?

Pascale Poret: J’ai commencé par étudier le violoncelle à l’âge de huit ans. Puis,

j’ai tout arrêté jusqu’à l’adolescence. Là, j’ai appris à jouer de la guitare, j’écrivais

des chansons en anglais que je chantais dans des bars en bas de chez moi, pour des

amis. Deux ans plus tard, je suis tombée sur un poème de Verlaine, «Il pleure dans

mon coeur» que j’ai mis en musique. C’est là que j’ai basculé vers la chanson à

texte et j’ai changé de langue, j’ai chanté en français.

Journaliste: Dites-moi, Pascale, qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir

chanteuse et d’écrire des chansons?

Pascale Poret: Alors il se trouve que je n’ai pas vraiment choisi d’être chanteuse,

c’est arrivé par la force des choses. Donc j’écrivais des chansons, et n’étant pas de

milieu musical, je ne connaissais absolument personne pour les chanter. Donc, il a

fallu que je me mette à chanter pour que ses chansons soient entendues. J’ai

commencé à prendre des cours de chant et de guitare, et à faire des concerts dans

des bars parisiens. Et puis j’ai fait plusieurs enregistrements en studio. Donc pour

moi, être interprête, s’entraîner à chanter tous les jours, ça reste un travail

quotidien difficile, qui demande une certaine discipline que j’ai encore du mal à

tenir parfois, mais par contre, composer et écrire, c’est vraiment un plaisir et un

besoin même.

Journaliste: J’ai lu dans votre biographie que lorsque vous étiez une jeune

adolescente, vous êtes partie étudier près de Brighton. Est-ce que ce séjour en

Angleterre a influencé votre musique, votre personnalité?

Pascale Poret: Alors mon année en Angleterre, ça a vraiment été un tournant

décisif dans ma vie, c’est à partir de cette expérience en fait, que j’ai quitté le

monde de l’enfance. J’ai vécu cette année en Angleterre un peu comme une

rupture, c’était très douloureux. Et puis quelques années plus tard, j’ai réussi à

retirer le bon de cette expérience, et maintenant je me sens beaucoup plus forte,

avec cette nouvelle langue qui est l’anglais.

Journaliste: Alors aujourd’hui vous écrivez donc en français, et quels sont les

chanteurs français qui vous ont influencée?

Pascale Poret: Il y a Serges Gainsbourg, Paris Combo, Edith Piaf, Barbara ...

Après, c’est toujours une question assez difficile, parce que pour moi, l’inspiration

reste instinctive. Il faut laisser son coeur parler. Je ne cherche jamais à ressembler

à un autre artiste. Par contre, il m’arrive de faire des clins d’oeil, et par exemple

pour la chanson «Un Pour Deux», il y a un clin d’oeil que je n’ai jamais dit à

personne encore, c’est un grand secret! Mais je vais vous le dire: c’est que, quand

je chante «Un Pour Deux», c’est un clin d’oeil à «L’Eté indien» de Joe Dassin. En

fait j’avais commencé à écrire cette chanson en gardant exactement la même

mélodie que Joe Dassin, mais c’était complètement inconscient, je ne savais pas

que j’avais repris «L’Eté indien». Et donc à 18 ans, je voulais la faire écouter à ma

mère qui me dit: «Cela me rappelle quelque chose, je ne sais pas quoi». Et donc, au

bout de plusieurs jours j’ai trouvé d’où venait ce plagiat et puis j’ai modifié la

mélodie.


4
Задание 5 № 145

Вы услышите интервью дважды. Выберите правильный ответ 1, 2 или 3.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

L’année que Pascale Poret a vécue en Angleterre était ...

 

1) agréable.

2) étonnante.

3) difficile.

Расшифровка записи

Entretien avec Pascale Poret

Journaliste: Chers auditeurs, bonjour. Aujourd’hui, nous recevons dans nos

studios Pascale Poret, jeune chanteuse parisienne. Malgré son jeune âge, Pascale

se produit depuis de nombreuses années dans les cafés et les cabarets de la capitale

et écrit elle-même ses chansons. En août dernier, elle a chanté pour la première fois

au festival en Allemagne.Vous tournez sur scène depuis plusieurs années. Vous

avez également sorti deux albums, «Sans sucre s’il vous plaît!» en 2006 et

maintenant c’est votre deuxième album «Le Grand Jeu».

Quel est votre parcours?

Pascale Poret: J’ai commencé par étudier le violoncelle à l’âge de huit ans. Puis,

j’ai tout arrêté jusqu’à l’adolescence. Là, j’ai appris à jouer de la guitare, j’écrivais

des chansons en anglais que je chantais dans des bars en bas de chez moi, pour des

amis. Deux ans plus tard, je suis tombée sur un poème de Verlaine, «Il pleure dans

mon coeur» que j’ai mis en musique. C’est là que j’ai basculé vers la chanson à

texte et j’ai changé de langue, j’ai chanté en français.

Journaliste: Dites-moi, Pascale, qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir

chanteuse et d’écrire des chansons?

Pascale Poret: Alors il se trouve que je n’ai pas vraiment choisi d’être chanteuse,

c’est arrivé par la force des choses. Donc j’écrivais des chansons, et n’étant pas de

milieu musical, je ne connaissais absolument personne pour les chanter. Donc, il a

fallu que je me mette à chanter pour que ses chansons soient entendues. J’ai

commencé à prendre des cours de chant et de guitare, et à faire des concerts dans

des bars parisiens. Et puis j’ai fait plusieurs enregistrements en studio. Donc pour

moi, être interprête, s’entraîner à chanter tous les jours, ça reste un travail

quotidien difficile, qui demande une certaine discipline que j’ai encore du mal à

tenir parfois, mais par contre, composer et écrire, c’est vraiment un plaisir et un

besoin même.

Journaliste: J’ai lu dans votre biographie que lorsque vous étiez une jeune

adolescente, vous êtes partie étudier près de Brighton. Est-ce que ce séjour en

Angleterre a influencé votre musique, votre personnalité?

Pascale Poret: Alors mon année en Angleterre, ça a vraiment été un tournant

décisif dans ma vie, c’est à partir de cette expérience en fait, que j’ai quitté le

monde de l’enfance. J’ai vécu cette année en Angleterre un peu comme une

rupture, c’était très douloureux. Et puis quelques années plus tard, j’ai réussi à

retirer le bon de cette expérience, et maintenant je me sens beaucoup plus forte,

avec cette nouvelle langue qui est l’anglais.

Journaliste: Alors aujourd’hui vous écrivez donc en français, et quels sont les

chanteurs français qui vous ont influencée?

Pascale Poret: Il y a Serges Gainsbourg, Paris Combo, Edith Piaf, Barbara ...

Après, c’est toujours une question assez difficile, parce que pour moi, l’inspiration

reste instinctive. Il faut laisser son coeur parler. Je ne cherche jamais à ressembler

à un autre artiste. Par contre, il m’arrive de faire des clins d’oeil, et par exemple

pour la chanson «Un Pour Deux», il y a un clin d’oeil que je n’ai jamais dit à

personne encore, c’est un grand secret! Mais je vais vous le dire: c’est que, quand

je chante «Un Pour Deux», c’est un clin d’oeil à «L’Eté indien» de Joe Dassin. En

fait j’avais commencé à écrire cette chanson en gardant exactement la même

mélodie que Joe Dassin, mais c’était complètement inconscient, je ne savais pas

que j’avais repris «L’Eté indien». Et donc à 18 ans, je voulais la faire écouter à ma

mère qui me dit: «Cela me rappelle quelque chose, je ne sais pas quoi». Et donc, au

bout de plusieurs jours j’ai trouvé d’où venait ce plagiat et puis j’ai modifié la

mélodie.

Расшифровка записи

Entretien avec Pascale Poret

Journaliste: Chers auditeurs, bonjour. Aujourd’hui, nous recevons dans nos

studios Pascale Poret, jeune chanteuse parisienne. Malgré son jeune âge, Pascale

se produit depuis de nombreuses années dans les cafés et les cabarets de la capitale

et écrit elle-même ses chansons. En août dernier, elle a chanté pour la première fois

au festival en Allemagne.Vous tournez sur scène depuis plusieurs années. Vous

avez également sorti deux albums, «Sans sucre s’il vous plaît!» en 2006 et

maintenant c’est votre deuxième album «Le Grand Jeu».

Quel est votre parcours?

Pascale Poret: J’ai commencé par étudier le violoncelle à l’âge de huit ans. Puis,

j’ai tout arrêté jusqu’à l’adolescence. Là, j’ai appris à jouer de la guitare, j’écrivais

des chansons en anglais que je chantais dans des bars en bas de chez moi, pour des

amis. Deux ans plus tard, je suis tombée sur un poème de Verlaine, «Il pleure dans

mon coeur» que j’ai mis en musique. C’est là que j’ai basculé vers la chanson à

texte et j’ai changé de langue, j’ai chanté en français.

Journaliste: Dites-moi, Pascale, qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir

chanteuse et d’écrire des chansons?

Pascale Poret: Alors il se trouve que je n’ai pas vraiment choisi d’être chanteuse,

c’est arrivé par la force des choses. Donc j’écrivais des chansons, et n’étant pas de

milieu musical, je ne connaissais absolument personne pour les chanter. Donc, il a

fallu que je me mette à chanter pour que ses chansons soient entendues. J’ai

commencé à prendre des cours de chant et de guitare, et à faire des concerts dans

des bars parisiens. Et puis j’ai fait plusieurs enregistrements en studio. Donc pour

moi, être interprête, s’entraîner à chanter tous les jours, ça reste un travail

quotidien difficile, qui demande une certaine discipline que j’ai encore du mal à

tenir parfois, mais par contre, composer et écrire, c’est vraiment un plaisir et un

besoin même.

Journaliste: J’ai lu dans votre biographie que lorsque vous étiez une jeune

adolescente, vous êtes partie étudier près de Brighton. Est-ce que ce séjour en

Angleterre a influencé votre musique, votre personnalité?

Pascale Poret: Alors mon année en Angleterre, ça a vraiment été un tournant

décisif dans ma vie, c’est à partir de cette expérience en fait, que j’ai quitté le

monde de l’enfance. J’ai vécu cette année en Angleterre un peu comme une

rupture, c’était très douloureux. Et puis quelques années plus tard, j’ai réussi à

retirer le bon de cette expérience, et maintenant je me sens beaucoup plus forte,

avec cette nouvelle langue qui est l’anglais.

Journaliste: Alors aujourd’hui vous écrivez donc en français, et quels sont les

chanteurs français qui vous ont influencée?

Pascale Poret: Il y a Serges Gainsbourg, Paris Combo, Edith Piaf, Barbara ...

Après, c’est toujours une question assez difficile, parce que pour moi, l’inspiration

reste instinctive. Il faut laisser son coeur parler. Je ne cherche jamais à ressembler

à un autre artiste. Par contre, il m’arrive de faire des clins d’oeil, et par exemple

pour la chanson «Un Pour Deux», il y a un clin d’oeil que je n’ai jamais dit à

personne encore, c’est un grand secret! Mais je vais vous le dire: c’est que, quand

je chante «Un Pour Deux», c’est un clin d’oeil à «L’Eté indien» de Joe Dassin. En

fait j’avais commencé à écrire cette chanson en gardant exactement la même

mélodie que Joe Dassin, mais c’était complètement inconscient, je ne savais pas

que j’avais repris «L’Eté indien». Et donc à 18 ans, je voulais la faire écouter à ma

mère qui me dit: «Cela me rappelle quelque chose, je ne sais pas quoi». Et donc, au

bout de plusieurs jours j’ai trouvé d’où venait ce plagiat et puis j’ai modifié la

mélodie.

Пояснение.

3 - Journaliste: maintenant c’est votre deuxième album «Le Grand Jeu».